Aux palais des 1000 et un écrits

Histoire de "Dard-Dard" le guêpaillon et du porcinet "Lard-Lard"

l'écrit de Daniel 3

Histoire de "Dard-Dard" le guêpaillon

et du porcinet "Lard-Lard" 

 

Pour la première fois le petit Guêpaillon s'affairait car il s'apprêtait à effectuer son premier vol et essayer ses ailes.

Ses parents fiers de lui attendaient ce moment avec beaucoup d'appréhensions.

 

Pour Lard-Lard venait l'heure de la première tétée. Pas facile de trouver la tétine du biberon ! Rien de plus difficile que de trouver une mamelle dans un tas de foin.

 

Avant l'envol son corps et ses ailes formaient une croix. Un signe de mauvaise augure !

Encore un ultime effort de concentration et il s'envolerait.

 

Le breuvage chaud à point fort délicieux convenait à Lard-Lard qui venait de prendre 300 grammes en un rien de temps! Sa mère s'inquiétait déjà d'avoir un goinfre au comptoir !

 

En se cramponnant bien au bois de la ruche, en phase d'essai il agitait les ailes.

Fournir quelques coups de battoirs supplémentaires et il pourra découvrir la ruche vue du ciel

 

Lard-Lard tournait en rond et se demandait pourquoi il mijotait déjà en prison avant d'avoir fait quoi que ce soit de répréhensible.

 

Le guêpaillon envolé entre ciel et terre filait Dare-dare. Il s'amusait beaucoup quand d'un coup il sent la fatigue et pense qu'il serait temps de se poser pour se reposer.

 

Lard-Lard tournait toujours en rond dans sa cellule rectangle et se demandait comment cela allait se terminer.

 

Il se pose comme une fleur gauchement en atterrissage de fortune sur un bouton d'or

 

4 heures – le goûter : Lard-Lard s'installa devant le buffet chaud

 

Il était là posé en situation précaire sur la fleur et se demandait bien ce qu'il devait faire.

 

Lard-Lard ne comprenait pas que sa mère l'ait affublé d'un nom pareil

 

La fleur cherchait à se débarrasser de ce corps étranger déguisé à la Dalton.

 

Le Monsieur de la ferme débordait d'une grande gentillesse avec lui : il le soupesait tous les matins en le câlinant dans ses bras

 

Il s'envola en décrivant comme un fou dans l'air des 8 et des 0 ou des arabesques compliquées qui ne le menaient nulle part.

 

La Dame aussi était très gentille, elle lui chatouillait agréablement le groin ou le grattouillait sous son ventre et lui prenait le tour de taille tous les jours avec son mètre à ruban.

 

Il était perdu et repéra une forte odeur : là, il trouvera forcément quelqu'un qui le renseignera

 

Le petit Lard-Lard – un gros chouïa trop gras - se demandait pourquoi ses frangins avaient la queue en tire bouchon

 

Hasard, pas de chance ou pas le pot Dard-Dard se posa sur le dos bien rose du petit Lard-Lard à la manière d'un avion sur un porte-avions. La piste d'atterrissage est un peu trop courte et pour stopper son élan il apponte en sortant son aiguillon qui se plante dans le lard.

Dommage tout à côté une île rose dans un océan de paille lui eut permis un atterrissage plus en douceur : l’île, un continent était le vaste dos de maman cochon.

 

Se rendant compte de sa bévue Dard-Dard piqua son fard et s'éclipsa tandis que le cochon Lard-Lard se grattait le lard !

 

  daniel

 écrivain

______________________________________________________

Posté par 10daniel10 à 08:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


17 septembre 2018

J'ai demandé à ma Plume

J'ai demandé à ma Plume   J'ai demandé à ma PlumeEt ton oreille ne le sait pas   J'ai demandé à ma PlumeDe me prendre la main pour écrire mes vœux posthumesComme d'autres demandent à leur bâtonDe les aider à marcher droit. Elle m'a dit "j'ai pas l'habitude De m'occuper des cas comme ça" Et la Plume s'est moquée de moi     J'ai demandé à ma Plume Si elle voulait faire ça pour moi Que c'était juste pour une fois Et que ça ne durerait pas Je n'ai pas grand chose à dire Et pas grand chose pour faire... [Lire la suite]
Posté par 10daniel10 à 11:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 septembre 2018

Doucitude

  Doucitude   La journée commençait bien : le roi soleil pointait son nez sur l'horizon et ses courtisans l'applaudissaient. La haute volée des oiseaux piaillaient, pépiaient, croassaient à qui mieux mieux pour saluer l'instant magique de sa réapparition. En tête à la basse-cour, le coq lança un joyeux cocorico et les coquettes poulettes caquetèrent…de plaisir.   Le quotidien du matin titrait : "Fait divers : un gamin aide une personne âgée à porter son sac de courses" "Politique économique : le président... [Lire la suite]
Posté par 10daniel10 à 08:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
14 septembre 2018

La forêt à mille tons

Des têtes frisottées ou échevelées se balancent dodelinantes, indécises. Un extraterrestre de passage pourrait croire qu'elles acquiescent à quelque chose d'important et qu'elles nient tout en bloc l'instant d'après, tout comme des électeurs hésitants. Les millions de feuilles s'agitaient sous l'effet du vent. Elles frissonnaient et bruissaient au moindre coup de vent. Un vent, une fois souffletant moins fort qu'un asthmatique, une fois soufflant méchamment bruyamment comme un éternueur. On se demande toujours quel habile... [Lire la suite]
Posté par 10daniel10 à 11:24 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
12 septembre 2018

Souvenirs de vacances

Le Tréport Souvenirs de vacances   Jour de marché au Tréport   Le soleil était au rendez-vous et la pluie aussi. Comme cela tout le monde est satisfait : vendeurs de chapeaux de soleil et vendeurs de parapluies.   Une grande rue se nomme François 1er. Pourquoi pas ? D’un seul coup une de mes oreilles se dressa. Des personnes discutaient et disaient qu’il ne s’agissait pas de notre roi de France François 1er de Blois et de Chambord. (1494-1547)   De retour à la maison, je consulte le... [Lire la suite]
Posté par 10daniel10 à 09:36 - - Commentaires [2] - Permalien [#]