coup d'oeil sur xxx

 

Le Rapt d'Auguste Suchetet

 

Le Rapt

 

 

Le Rapt, sculpture en marbre blanc d’Auguste Suchetet illustre le rapt de Proserpine (l’enlèvement de Coré par le dieu Hadès dans la mythologie romaine).

 

Le Rapt, enlèvement d'une belle naïade par un brutal triton, fait plus qu'aucune autre sculpture monumentale, partie du paysage troyen. La naïade éplorée se débat place de la Libération. (place devant la préfecture)

Les enlèvements de naïades courent les rues de l'histoire de l'art. C'est la composition tout en hauteur et « la tournure nouvelle » de l'interprétation qui ont été applaudies par les critiques. À la différence de beaucoup d'autres, la naïade de Suchetet ne joue pas la fausse pudeur. Elle lutte de toutes ses forces contre le dieu marin, lui écrasant le visage, se cambrant et jouant joliment des hanches pour desserrer l'étreinte. Mais le triton ne lâche rien.

 

Le Rapt

Œuvre en marbre exécutée en 1902, elle fut reproduite en bronze et installée dans le jardin de la préfecture de Troyes (Aube) en 1912.

En 1942, la statue est fondue par les allemands.

C’est la version originale en marbre qui est érigée en 1949, sur la place de la Libération de Troyes (Aube)

 

Troyes_le Rapt Suchetet 2015 a

 

Troyes_le Rapt Suchetet 2015

 

 

Le Rapt de Suchetet 3

 

Auguste Suchetet

Auguste Edmé Suchetet, né en 1854 à Vendeuvre-sur-Barse (Aube -10), et mort à Paris en mai 1932, est un sculpteur français.

 

Suchetet obtient une bourse départementale et entre à l’Ecole des Beaux-arts en 1875.

Il suit l’enseignement de Jules Cavelier et de Paul Dubois.

Il participe à son premier Salon de 1880.

Il est l’auteur de plusieurs œuvres monumentales : Rapt (Troyes), les Mathématiques (La Sorbonne), l’Art égyptien (Grand Palais) ; les monuments de Soulary et de Pierre Dupont à Lyon.

Il exécute plusieurs bustes dont ceux de Glénard, de Rollet, de Joffrin, de Farjon, de Davillier, de Tripier.

 

Il obtient une médaille de deuxième classe au Salon de 1880, une médaille d’or aux Expositions universelles de 1889 et 1900.

Il est décoré de la Légion d’honneur en 1895.