l'écrit de Daniel 3   

 

 

Fourchette et Couteau : un beau couple d'amoureux

 

357_couteau fourchette

Personne ne le savait ni n'était même à deux doigts de le supposer : Fourchette s'était amourachée d'un beau Couteau mais ils ne se rencontraient que trop rarement. Le hasard ne facilitait pas les choses. A chaque repas la Dame pratiquait une distribution sauvage des couverts, ainsi la fourchette se retrouvait à côté d'un couteau banal mais pas son bel amoureux. Une catastrophe de plus à faire grincer des dents.

 

Ce soir elle attend le tirage du loto : rencontrera-t-elle son bel amoureux ? Résultat : elle vient de gagner le gros lot : pépé ! Elle se trouve en charge de donner la becquée à pépé. Elle au moins possède 4 dents tandis qu'à pépé il ne lui en reste plus du tout.

Et de sa bouche à pépé, il en sort plus qu'il n'en rentre !

La fourchette baveuse attendra avec impatience l'heure du bain.

 

Au moins cette fois-ci avec ce super tirage, elle échappait aux mains du gamin qui lors du repas s'amuserait à harceler sa petite sœur en lui donnant des coups de fourchette sur le bras.

 

 

Chacun son tour ! La fourchette rigolait à se choquer, s'entrechoquer les dents : un couteau "normal", répondant à un SOS d'urgence, venait d'atterrir dans la bouche de pépé ...

 

A chaque fin de repas Fourchette – qui ne savait pas nager -, manquait de se noyer dans l'eau de vaisselle. Elle se faisait toujours repêcher in extremis.

Parfois le gros bol profitant de son avantage lui grimpait sur le dos pour lui faire boire la tasse.

 

Le beau couteau, à cran attendait avec impatience l'heure du repas. Rencontrerait-il sa dulcinée à ce repas ?

Fourchette l'éblouissante et l'élégant couteau étincelant ne s'étaient pas rencontrés depuis plus de deux mois.

 

Cette fois ce soir, coup de bol : Fourchette et Couteau décrochent le gros lot. Le sort réunissait les deux amoureux. Le couple mignon et beau à voir émouvait !

 

Ils s'accordaient comme larrons en foire. Le spectacle valait dix : le couteau s'amusait à gratter amoureusement le dos de la fourchette qui se marrait en s'en tenant les dents.

 

Fourchette se payait aussi une bonne tranche de rigolade en se frottant contre le flanc du couteau.

Lorsqu'il rencontrait le cou de Fourchette, Couteau devenait comme fou et manquait de piquer un "coup de sang crans"

 

Ce couple bizarre pratiquait comme sport le piqué-coupé :

"La quadradent" piquait sa proie et son comparse la découpait menue : une vraie partie de plaisir !

 

L'heure d'un bon bain arrivait pour tous les deux dans la bassine commune puis retour dans l'écrin à baldaquin les plongeant tous les deux dans une longue nuit peuplée de rêves d'amoureux.

 

  daniel

 écrivain

______________________________________________________