Un Youpital – Des Youpitos

 

l'écrit de Daniel 3

Un Youpital – Des Youpitos

 

 

 

youpital_2

 

 

Devant l'afflux permanent-excessif quotidien aux portes des hôpitaux des pas bien-portants stressés à mort, des « burn-outés », des entassés aux citrons pressés et jetés, des dépéris en vrac il avait fallu décider quelque chose.

On inaugura et ouvrit une nouvelle sorte de maison de soins "le Youpital" qui devait redonner tonus et punch aux ramollos qui en nécessitaient. Pour cela, pour réussir à combattre le mal par des réponses sans cachous, la direction embaucha du Youpi-personnel spécialisé dans le domaine "rires et chansons".

 

Mais quels étaient-ils donc ces souffreteux atteints de maladies incurables ? D'où provenaient-ils ?

Les toujours pressés stressés ; les mal-en-point ; les en attente d'être virés ; les en-quête d'avenir; les pas assez payés pour les loyers à verser ; les mal lotis, les mal nantis, les mal logés ; les endettés ; les surtaxés ; les couche-tard fatigués ; les routiers énervés ; les stars dévissées ; les mal vissés ; les contractuelles mal-aimées ; les fumeurs privés d'expulser la fumée dans l'atmosphère ; …

 

Les soins consistaient à redonner la joie de vivre aux "malades ayant subi la loi du plus fort mais pas forcément "la raison du meilleur"

 

Le premier soin du matin commençait par un Youper petit-déjeuner accompagné d'une musique endiablée pour remuscler les zygomatiques et rattraper l'entrain perdu.

 

Ensuite, les Youpi-infirmières enjouées et taquines distribuaient à tout le monde des seringues à eau pour le grand jeu rafraîchissant matinal. Distribution de plumes-chatouillis et confiscation des chaussettes en vue de muscler les dessous de pieds.

 

La franche tranche de rigolade viendra l'après-midi avec le feuilleton télé tant attendu qui fera salle comble : Sarko-Winch pour les uns et les « Feux de l'humour » pour les autres !

 

Au goûter de « quatre-heures » les spots publicitaires de "Monsieur 36 blabla – 0 tracas" provoquaient des hilarités qui en faisaient trembler les structures du Youpi-hôpital.

Le bandeau publicitaire "Bouger-Hocher-Remuer.com" qui défilait en bas de l'écran défiait toute concurrence dans la stimulation du déclenchement de crises de rires chez les pas-bien en tout genres.

 

Pour un remède efficace, le remède se révélait efficace : un coktail sarkosyment parfait !

Les patraques dans la panade regrettaient le manque d'acteurs comiques comme lui !!

 

Le soir, c'était le grand bazar ! "Les désaxés" devaient chercher leurs histoires drôles planquées dans des meules de foins meubles de soins.

 

Le Youpital fonctionnait bien : les malades ne s'ennuyaient pas du tout, oubliaient les soucis du monde extérieur et sautaient de joie pour un rien. Le personnel ne s’ennuyait pas et oubliait l’heure du départ. Il fallu acheter un gros coucou chanteur pour avertir la fin du service !

 

Des Youpi-psy chatouillaient, calmaient puis stoppaient les farandoles des neurones fadas !

 

L'émission du samedi soir "Le Sarko-show" faisait un vrai tabac ; l'acteur survolté jouait son taratata endiablé à lui comme personne d'autre ! Le dimanche soir les malades regardaient le "François show" : une autre émission tabac blabla, émission dans laquelle il fallait trouver les erreurs entre promesses et réalités.

 

On détectait la guérison parfaite "des remis sur pieds" lors d'un test particulier autorisant la sortie des malades : "les réinitialisés aux sourires" ne devaient plus taper des pieds à l'idée de vider les lieux.

 

Devant le succès obtenu par ce type de soins le Corps Médical fit fleurir partout beaucoup d'autres Youpitos !

  daniel

Note : cet article (écrit il y a quelques années et revu) est juste à considérer comme un divertissement pour précisément éviter de passer par la case Youpital.

 

Moment de déstress 

youpital_0

youpital_1

 

youpital_4

ça va mieux ?

______________________________________

Posté par 10daniel10 à 20:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

20 septembre 2018

La dernière feuille d'automne

La dernière feuille d'automne       Elle affichait une beauté à couper le souffle avec son maquillage ton rouille piqueté de quelque beau reste de vieux vert. Il ne restait plus qu'elle pendue, perdue toute seule au bout d'une branche, retenue par un fil à la branche. Orpheline !   Poussées tantôt par le devant tantôt dans le dos par le vent ses autres sœurs désespérées avaient été jetées, éjectées, précipitées dans le vide en réalisant pour la première et dernière fois le grand saut en exécutant et... [Lire la suite]
Posté par 10daniel10 à 13:43 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
19 septembre 2018

Le drame du cerf

Aujourd'hui Plume me joue encore un tour ! Étourdie, elle a changé une lettre à un mot et me voici appelé à écrire un texte (émouvant) pour récupérer sa bévue.   Le drame du cerf   Un drame se jouait dans la forêt ! À tirer les larmes des yeux de n'importe qui, même d'un extraterrestre s'il tombait en plein spectacle ! Un grand cerf se lamentait, appelait à l'aide en braillant à la tombée de la nuit à la lisière d'un bois.   Et pis : personne qui se précipite à son secours ! Il avait beau bramer à... [Lire la suite]
Posté par 10daniel10 à 09:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 septembre 2018

Doucitude

  Doucitude   La journée commençait bien : le roi soleil pointait son nez sur l'horizon et ses courtisans l'applaudissaient. La haute volée des oiseaux piaillaient, pépiaient, croassaient à qui mieux mieux pour saluer l'instant magique de sa réapparition. En tête à la basse-cour, le coq lança un joyeux cocorico et les coquettes poulettes caquetèrent…de plaisir.   Le quotidien du matin titrait : "Fait divers : un gamin aide une personne âgée à porter son sac de courses" "Politique économique : le président... [Lire la suite]
Posté par 10daniel10 à 08:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
14 septembre 2018

La forêt à mille tons

Des têtes frisottées ou échevelées se balancent dodelinantes, indécises. Un extraterrestre de passage pourrait croire qu'elles acquiescent à quelque chose d'important et qu'elles nient tout en bloc l'instant d'après, tout comme des électeurs hésitants. Les millions de feuilles s'agitaient sous l'effet du vent. Elles frissonnaient et bruissaient au moindre coup de vent. Un vent, une fois souffletant moins fort qu'un asthmatique, une fois soufflant méchamment bruyamment comme un éternueur. On se demande toujours quel habile... [Lire la suite]
Posté par 10daniel10 à 11:24 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

07 septembre 2018

La guimbarde nous mènera tout droit en calèche*

La guimbarde nous mènera tout droit en calèche*   Cette fois c'est certain nous allons tous y aller. Préparons nos brosses à dents ! L'ISC **(impôt sur le champignon) avait été voté en toute hâte par ceux qui sortaient escortés à toute blinde par les motards et grillaient les feux rouge :   Ils venaient de voter la vitesse limitée à 80 km/h sur la plupart des routes pour monsieur Lambda et madame Lambada.   Jusque là beaucoup de gens avaient échappé à la prison. Non pas qu'ils soient irréprochables à 100%... [Lire la suite]
Posté par 10daniel10 à 09:32 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
06 septembre 2018

Grand-mère lapin

Grand-mère lapin   Maman lapin fit un bond en voyant la date sur son calendrier. Vite, il fallait faire vite ! Elle lança l’invitation à sa fille – mariée depuis peu - à venir fêter son repas d’anniversaire en son terrier. Comme il se doit elle invite aussi son mari lapin : elle cuisinera des carottes car c’est la pleine saison. Maman lapin a d’autres enfants mais ils vivaient ailleurs soit en terriers soit en clapiers et ils n’avaient pas de réseau pour recevoir des SMS ou des mails. Sa fille invitée répondit... [Lire la suite]
Posté par 10daniel10 à 13:47 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
04 septembre 2018

Augustin, ours à la retraite

Augustin, ours à la retraite       C'était toujours pareil, la même sensation, lorsque je me rendais dans le grenier. Là, traînaient mille petits objets sans valeurs mais chargés d'émotions qui représentaient des moments forts de ma vie. Parmi tout le bric-à-brac se trouvait le pire pitre qui jouait toujours avec moi à cache-cache dissimulé sous un drap blanc devenu douteux au fil des ans.   Quand j’arrivai il était invisible, dissimulé toujours au même endroit. Avec émotion je soulevai le voile.  ... [Lire la suite]
Posté par 10daniel10 à 22:24 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
03 septembre 2018

Un rêve à Venise

Profitant de mes congés de retraite Dame Évelyne demande une suite à l’histoire  J'ai donc souscrit à la demande de la Dame et écrit quelques lignes supplémentaires   Un rêve à Venise "P'tit Louis" fatigué s'assoupit appuyé contre le parapet d'un pont à Venise.   Avant de vous narrer son rêve je m'en vais vous expliquer pourquoi on l'appelle "P'tit Louis".   Louis n'était pas son prénom et l'épithète p'tit ne le représentait pas du tout ! Alors ? Sa grand-mère était la fautive. Il ne fallait... [Lire la suite]
Posté par 10daniel10 à 15:46 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
03 septembre 2018

Un doux cou de mère

  Un doux cou de mère Idéal ! Juste à la bonne dimension et douceur ! Juste une bonne dimension d'oreiller pour y caler une tête de bébé Une peau bien faite, bien lisse, parfaite Sentant merveilleusement bon Et si douce, si souple Pour ne pas abîmer une peau de bébé   Bébé ne veut pas le quitter Ce doux cou Cette peau douillette au parfum sucré parfaite pour écraser son petit nez   Bébé balade ses innocentes menottes le long du cou Il se sent si bien joue contre cou   Le visage du p'tit bout de chou... [Lire la suite]
Posté par 10daniel10 à 14:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]